Tout ce qui est humain

Plus que possible

Recroquevillée dans une position inconfortable sur le siège d’un minibus qui nous évacuait de Kyiv, ma fille a dit : « Dans l’abri anti-bombe, j’ai appris à me rouler en boule et à dormir. »
Le premier jour, nous nous sommes cachées avec notre chienne Zlata dans la station de métro Minsk. L’espace était rempli de monde. Nous avons trouvé un interstice près d’une grande famille avec des enfants et un grand-père malade dont l’état ne cessait d’empirer. Leur chatte a fait pipi de peur et cette odeur saturait l’air. Certaines personnes étaient mieux préparées : elles avaient pris des chaises pliantes et des couvertures, des thermos avec du thé. Nous sommes venues sans rien, bien que j’aie commencé à préparer notre valise dès que nous nous sommes réveillées aux premières explosions.


———————————————————————————————————

Aujourd’hui, chaque Ukrainien souffre du sentiment de culpabilité de faire trop peu, en faisant le plus possible. Le trauma a déchiré chacun d’entre nous de l’intérieur, se fondant étroitement avec le sentiment de communauté et de sollicitude pour les autres, il a libéré une énergie inaccessible dans un état normal.

Je ne sais pas si je vais continuer à être écrivaine après la guerre. Les mots ont changé de nature.

Aujourd’hui, j’en ai besoin pour écrire à Volodia au sujet des romans qu’il va créer lorsque tout cela sera terminé. J’attends que la connexion revienne pour qu’il puisse lire mon message.

Tout ce qui est humain

Sofia Andrukhovych

Bayard

176 p. – 12,5 x 17,5 cm – 16€

www.bayard-editions.com